Fréquemment, chaque saison estivale se voit attribuer un (ou plusieurs) anime qui lui sied plutôt bien par son ambiance ou ton de saison : le chant des cigales, un cadre paradisiaque, une histoire se déroulant uniquement pendant les vacances d’été, un sport atypique où de jeunes filles en maillot de bain utilisent leurs fesses et poitrines pour faire tomber leur adversaire (…) sont divers éléments qui permettent de faire ce rapprochement.

Cette année parmi les quelques participants, Harukana Receive sort du lot par sa touche très rafraîchissante et ensoleillée.

 

Entre rivalité sportive et amitié attendrissante

L’histoire se déroule à Okinawa, où il ferait beau toute l’année si on en croit l’anime. Haruka et Kanata (Haru + kana = Harukana), deux filles complexées par leur taille décident de former un binôme pour remporter un tournoi de beach-volley. On peut déjà remarquer que le sport mis en avant est original. Durant douze épisodes, l’anime se focalise sur l’évolution de ce duo et de leur entourage, à la fois sportive et humaine.

Harukana Receive Haruka

©Nyoijizai,HOUBUNSHA/Harukana Receive Project

Partant de là, Harukana Receive possède une double dimension : l’une sportive et l’autre légèrement slice of life. Et en effet aucun binôme ne s’improvise du jour au lendemain, il faut du temps pour connaitre l’autre. De plus Haruka est débutante et doit donc s’entraîner pour atteindre un niveau correct. De son côté, Kanata a un passé compliqué dont elle n’arrive pas à faire abstraction et qui l’entrave parfois en plein match. Pendant plusieurs épisodes, il y aura ainsi un peu de drama mais rien de bien déprimant. Le cadre d’évolution sera toujours très sain, variant entre rivalité et amitié.

La route pour gagner des championnats est donc longue et plus complexe qu’il n’y parait. Pour sa trame principale, Harukana Receive réussit plutôt bien à marier le beach-volley à la vie courante. Au fur et à mesure de l’anime, on ressent une véritable évolution des personnages, chose assez agréable quand on termine les douze épisodes. Néanmoins ces douze épisodes ne signent pas la fin de cette œuvre. Si on peut trouver un premier aboutissement à l’anime avec l’évolution palpable des deux personnages principaux, tout un pan de l’anime reste à découvrir notamment avec le duo Narumi-Ayasa. Et au final, c’est un tout petit peu contrariant de ne pas avoir eu la totalité de cette histoire, chose compréhensible car impossible en seulement 12 épisodes. Une saison 2 ne serait ainsi pas de refus.

©Nyoijizai,HOUBUNSHA/Harukana Receive Project

 

L’humain avant tout

Si Harukana Receive est un anime faisant une place importante à l’humain et au relationnel, l’aspect sportif fait l’objet d’un traitement particulier. Avant de se décider à aller regarder l’anime, il faut comprendre que le sport n’occupe pas forcément la place centrale dans l’anime même si les scènes sportives sont nombreuses. Le côté technique et stratégique, par exemple est assez peu développé et quelques fois en retrait.

©Nyoijizai,HOUBUNSHA/Harukana Receive Project

Quelques matchs font une place trop importante à l’évolution des personnages, en délaissant beaucoup trop l’aspect performances sportives. On reprochera quelques moments de flottement, des coupures trop fréquentes dans les matchs (monologues, discussions, flashback) ou bien un manque de technicité dans ces derniers. De manière plus générale, la présentation des tournois et de tout ce qui a autour est très minimaliste. Conséquence de tout cela, bien qu’agréables à regardercertains matchs sont des fois très limités et ne véhiculent pas cette adrénaline en général perceptible dans des animes de sport.  Tout ceci reste bien sûr à nuancer selon la séquence présente, exemple le dernier set du tout dernier match est captivant à suivre.

En raison de sa touche très sociale et humaine, les personnages revêtent donc une importance singulière. Un bon point ici, nos jeunes filles sont – toutes – très attachantes. En parallèle de Kanata et Haruka, les jumelles Claire et Emily recevront un développement très satisfaisant dans l’anime. Toute cette petite bande nous met de bonne humeur par leur énergie et naturel. Information importante, un personnage en cours d’anime rejoindra ce petit cercle. Ce cinquième membre, lui-aussi très attachant, est éclipsé par les autres filles et au final n’a qu’un approfondissement et rôle dans l’anime bien minime comparé à tous les autres, pour notre plus grande peine.

©Nyoijizai,HOUBUNSHA/Harukana Receive Project

 

Filles à croquer, musique authentique et soleil au zénith

Côté chara-design, c’est du très bon avec même un soupçon d’originalité. Des gros yeux remplis de vie semblables à des perles éclatantes, des bouilles trop mimis, une générosité dans les hanches et fessiers conciliée avec des corps athlétiques, comment ne pas craquer pour ces jeunes sportives ?

Grâce à son climat tropical, ses grandes plages de sable fin et ses personnages pétillants, l’anime se regarde sans prise de tête. Vous l’aurez compris détente et fraîcheur sont de mises dans Harukana Receive. Coloré et soigné, l’anime propose des matchs relativement bien animé. L’anime manque par moments d’un peu de punch ou de séquences mémorables lors de certains matchs mais le constat reste très satisfaisant.

Petite mise au point sur le ecchi : il n’y en a pas ! Je me permets cette remarque car il est souvent associé au genre ecchi alors que c’est faux à mon sens. L’anime en effet se cantonne à son propos. C’est un détail des plus agréables.

©Nyoijizai,HOUBUNSHA/Harukana Receive Project

Terminons en parlant de la bande-son qui sans être exceptionnelle, accompagne quotidiennement l’anime. Par sa richesse, son authenticité et son emploi juste, elle sera indéniablement une des pistes marquante de cette saison été, en particulier grâce à deux/trois morceaux marquants. Rasmus Faber a réalisé une bande sonore en adéquation avec l’anime. Ce compositeur suédois s’éloigne ici du répertoire classique de ses semblables japonais et propose divers morceaux aussi bien jazz, pop, piano, chanté etc. Pour précision, cet artiste a composé divers OP/ED (Rinne no Lagrange, Koufuku Graffiti, Asterisk) et la très bonne bande-son de Asterisk (avec de sublimes insert-song).

 

Conclusion

L’été laisse place à l’automne, emmenant avec lui Harukana Receive dans son sillage. Par son approche humaine et simple, son ambiance tropicale et ses personnages féminins attachants, l’anime adopte une tonalité chaleureuse et amicale. Même s’il reste globalement en surface, l’anime propose une harmonie entre relation et sport réussie dans son ensemble.

Harukana Receive est à retrouver en exclusivité sur ADN

©Nyoijizai,HOUBUNSHA/Harukana Receive Project