La saison Printemps 2018 a souvent été qualifiée comme étant la meilleure saison de cette année 2018. L’été est synonyme de fraîcheur, cette nouvelle saison 2018 nous a-t-elle offert ce qu’on en espérait de mieux ? Ou bien nous a-t-elle déçu ? Avec mes collègues Api et Moja, nous allons revenir sur cette saison au travers de 11 thèmes.

  1. Anime de la Saison
  2. Scène de la saison
  3. Point noir de la saison
  4. Anime le plus sous-estimé
  5. Meilleur Personnage
  6. Pire Personnage
  7. Meilleur générique d’ouverture (OP)
  8. Meilleur générique de clôture (ED)
  9. Meilleur épisode final
  10. Prix Spécial
  11. Classement global et conclusion

Anime de la Saison


 

L’Attaque des Titans S3 (Wakanim) – L’arc que couvre cette saison est réputé pour être un des moins appréciés du manga, avec un changement de ton qui va plus vers les intrigues et manœuvres politiques. Son adaptation animée lui a cependant fait énormément de bien, notamment car le script a été retravaillé par l’auteur lui-même, dans l’idée de corriger un arc qu’il jugeait plus faible que les autres. La technique reste quant à elle le point faible de cette adaptation, mais elle reste suffisamment solide pour ne pas tirer la série vers le bas. Par ailleurs, les designs des personnages ont été légèrement revus et ils arborent maintenant des traits plus fins. Du reste, cette nouvelle saison reprend ce qui fait la force de la série, à savoir des scènes d’action à couper le souffle ainsi que des révélations calculées, ce qui suffit à en faire un des immanquables de cette saison.

Api

L’Attaque des Titans S3 (Wakanim) – Les titans sont de retour et envahissent sans surprise ce classement. Simplement avec son animation toujours très soignée tirant souvent profit au maximum des déplacements dans l’espace, complétée par une réalisation époustouflante, Shingeki no Kyojin arrive encore une fois à conquérir son public. L’arc présenté est beaucoup plus politique et plus posé mais pas autant que certains ne l’avait vendu, il y a eu pas mal d’action et de moments de tension. Les révélations s’enchaînent, les pièces du puzzle commencent doucement à s’emboîter. Cette saison était, certes différentes, mais très bonne et aucunement ennuyante, bref un divertissement comme on les aime.

Moja

Steins;Gate 0 (Wakanim) – Je l’avais déjà évoqué dans le précédent bilan parce que la première partie de l’anime avait très bien remplie son rôle et nous avait offert son lot de surprises. Le deuxième arc a pris un tournant encore plus intriguant et sombre que le précédent. Cette seconde partie était surprenante tant dans les plot twists de fin d’épisodes mais aussi avec la réalisation de certains épisodes. Je pense notamment aux épisodes 16 et 17 qui ont montré Mayuri sous un autre jour et qui étaient surprenants dans certaines symboliques en rapport avec l’épisode.

Hyamix

Scène de la saison


Free S3 Épisode 02 (Crunchyroll) – Plus que pour son importance dans l’oeuvre, c’est avant tout pour sa beauté que cette scène marque. Ikuya, alors en plein doute, manque de se noyer avant qu’Haru ne plonge pour le sauver. Jusque-là, il nageait comme un poisson dans l’eau, mais il se retrouve désormais comme pris au piège par celle-ci, incapable de se défaire de son étreinte… Si la série n’est pas des plus haletantes, elle est en tout cas sans conteste une référence en termes d’animation de l’eau.

Api

Boruto Épisode 65 (ADN) : Si pour l’instant l’anime sur pas mal d’épisodes ne m’enthousiasme pas beaucoup, à l’inverse sur quelques-uns c’est un régal. Pour rappel l’épisode 65 reprend une partie de Boruto : Naruto, le film. Cet épisode était incroyable, il a réussi à reprendre le meilleur du film et à gommer tous les éléments qui étaient en deçà ou trop rushés. Si je devais citer une séquence, ce serait celle au corps à corps contre Momoshiki. Ce long combat a été réalisé spécialement pour l’anime. Niveau animation et chorégraphie, on est en présence d’un des meilleurs combats de la licence Naruto. Pour plus d’informations techniques, je vous redirige vers l’article très complet de Sakugablog. Quand bien même j’avais vu le film juste avant de voir l’épisode (pour observer les différences), cet épisode m’a mis une sacrée claque et m’a redonné l’énergie de poursuivre l’anime jusqu’à ce que la série Boruto dévoile, je l’espère, son vrai potentiel et rentre enfin dans le vif du sujet.

Moja

Steins;Gate 0 Épisode 16 (Wakanim) : Un dialogue parfaitement maitrisé entre Maho et Okabe. Ce dernier, persuadé d’être soumis à son destin, ne se remet pas de son échec et Maho, une scientifique déterminée qui a réussi à avancer malgré ses erreurs. La discussion tourne autour de Dieu, des conséquences. Ce sont des thématiques très intéressantes et assez pertinentes dans l’univers de Steins;Gate (Causalité par exemple). Le dialogue se déroulant sur le toit d’un bâtiment nous offre de beaux plans avec les reflets du soleil sur les flaques d’eaux, faisant ainsi penser à une lumière divine.

Hyamix

Point noir de la saison


 

Hanebad et Harukana Receive – La première met en scène un sport avec dynamisme, mais propose un casting de personnages exécrables. La seconde nous montre des personnages attachants, mais peine à convaincre dès qu’on se focalise uniquement sur le sport. Les deux séries seraient parfaitement complémentaires si elles prenaient l’une de l’autre les meilleurs ingrédients, mais en l’état elles ne resteront rien de plus que des séries sympathiques rapidement oubliées.

Api

Overlord S3 01 vostfr

Overlord S3 et sa CGI (ADN) – Madhouse peut faire de très belles choses comme Sora yori mo tooi basho ou produire également d’autres animes comme Overlord. Niveau animation Overlord se contente toujours autant du minimum syndical et sa CGI est une purge. Si elle n’est pas trop dérangeante avec les monstres et gobelins, à l’inverse sur les humains elle est est indigeste. Dans les épisodes 11 et 12, Overlord intègre beaucoup de CGI en raison d’affrontements de grande ampleur et on ne ressent rien (excepté du dégoût). Saccadé et sans aucune émotion, ces soldats mécaniques portent préjudice à l’anime.

Moja

Island (Crunchyroll) – Island est un animé original, que ce soit dans le traitement du voyage dans le temps mais aussi du lieu. Cependant le nombres d’épisodes pour cette série a été le plus gros défaut. Il y en a eu seulement 12 et c’est vraiment trop peu pour adapter un Visual Novel qui lui est plutôt dense, l’adaptation de chaque arc a été difficile par manque de temps. Ce manque de temps a cassé le rythme de l’anime, ce qui fait qu’une fois rendu au second arc on ne comprend pas vraiment ce qui se passe. De plus, le drama de cet arc est très anecdotique, ceux qui ont vu l’anime verront de quoi je veux parler mais pour faire court et sans spoiler, on n’éprouve pas d’empathie pour les personnages puisqu’on a pas eu trop le temps les connaitre de même que le contexte qui est vite fait expliqué.

Hyamix

 

Anime le plus sous-estimé


 

Tonegawa (Crunchyroll) – Boudé par ceux qui ne connaissent pas Kaiji et injustement dédaigné par les fans qui attendaient une suite dans la même veine que la série d’origine, on peut dire que ce spin-off centré sur Tonegawa est loin d’avoir fait l’unanimité. Pourtant, en mettant de côté nos a prioris, on se rend vite compte qu’on est devant une excellente série comique, enchainant les bons gags avec des mises en scène savoureuses. Qui plus est, si la série fait quelques clins d’oeils à Kaiji, elle peut tout à fait s’apprécier sans l’avoir vue avant. Aucune excuse donc pour ne pas vous laisser tenter.

Api

Happy Sugar life

Happy Sugar Life (PrimeVideo) – A la fois sucré et amer, Happy Sugar Life vous plongera dans une expérience psychologique et humaine dans laquelle vous ne ressortirez pas indemne. Il est clair que cette friandise n’est pas à donner à tout le monde, elle pourrait très vite vous écœurer en raison de ses personnages bon pour l’hôpital psychiatrique et la prison, ses scènes choquantes et son cadre pouvant paraître malsain (œuvre pour public averti). Néanmoins cet anime m’aura happé du début à la toute fin grâce à son histoire prenante, les thèmes abordés, son casting marquant, son ambiance réussie et sa plume délectable très légère pour conter une histoire rude. Happy Sugar Life a le mérite d’être une histoire d’amour singulière s’éloignant des romances parfois fades qu’on a souvent chaque saison.

Moja

Tonegawa (Crunchyroll) – J’ai découvert Kaiji avec ce spin-off et faut dire que j’ai vraiment adhéré à tout cet univers de travail et aussi à l’équipe de Tonegawa. C’est cette série qui m’a donné envie de regarder Kaiji que je n’avais pas encore vu ! L’anime est vraiment bien à regarder, les personnages sont drôles et beaucoup de références à la pop culture y sont faites. Mention spéciale au narrateur qui fait un travail formidable.

Hyamix

 

Meilleur Personnage


 

Narrateur (Tonegawa) (Crunchyroll) – Si dans la série d’origine il servait à renforcer le caractère désespéré des situations dans lesquelles se trouvait Kaiji, le narrateur est ici encore présent pour souligner la situation, mais dans un registre totalement différent. Conjugué aux mises en image de certaines métaphores, cela donne un cocktail d’humour explosif. Son omniprésence pourra vous faire adorer ou détester la série, mais ses répliques n’auront aucune difficulté à vous rester gravées dans la tête. ~Lunch Time~

Api

Maeda (Asobi Asobase) (Crunchyroll) – Un bon anime comique doit toujours beaucoup à ses personnages. Je pense qu’on a atteint un sacré niveau de WTF avec ce personnage. Il m’aura fait rire à chaque apparition, le mot « chaque » est important. Maeda est totalement absurde et hilarant. Pour résumer, sachez que ce personnage a de vrais lasers sous sa ceinture comme l’indique le titre de l’épisode 04… Et oui, je suis sérieux. Allez voir l’épisode 04 si vous ne me croyez pas.

Moja

Tonegawa (Tonegawa) (Crunchyroll) – Le spin-off de la série Kaiji tourne autour de Tonegawa, un des principaux antagonistes. Découvrir ce patron sous un autre angle est un réel plaisir. On avait beau le détester dans la série originale, dans ce spin-off on ne peut que l’adorer. C’est l’envers du décor et sous un patron acharné qui maltraite les endettés on retrouve un patron au grand cœur, pensant avant tout à ses subordonnés et son poste dans la boite.

Hyamix

 

Pire Personnage


 

Ayano Hanesaki (Hanebad) (Crunchyroll) – Au début de la série, elle nous apparait comme une fille réservée, mais avec un vrai talent pour le sport. C’est lorsque vont débarquer dans sa vie des éléments lui rappelant un passé traumatique qu’elle va se transformer en une bête assoiffée de compétition et n’ayant plus aucune cohérence. Elle enchaine les brusques changements de caractère, allant dans des extrêmes que ne laisse absolument pas supposer l’image qu’elle renvoyait jusque-là. Elle finit par devenir complètement imbuvable, crachant à la gueule de celles qui lui tendent la main et ne pensant plus qu’à la victoire. Difficile de s’attacher et du coup de trouver un intérêt à suivre son parcours, d’autant plus quand la série aurait pu se pencher sur d’autres personnages bien plus intéressants.

Api

Rachel (Angels of Death) (Crunchyroll) – Elle aussi a besoin d’un psy. Initialement, ce personnage apparaît comme plutôt intéressant mais au fur et à mesure il devient agaçant. Elle s’entête à vouloir à tout prix mourir par la main de son Dieu sans réelle explication et logique derrière. Le problème de ce personnage dure une éternité au moins jusqu’à l’épisode 13. En d’autres termes, son développement stagne la rendant insupportable, inintéressante et repoussant artificiellement le moment de vérité. Et ça se ressent aux deux tiers de l’anime, on s’ennuie profondément particulièrement lorsque ce personnage sans tonus se retrouve seul.

Moja

Ayano Hanesaki (Hanebad) (Crunchyroll) – J’ai vraiment détesté ce personnage et pour éviter de répéter la même chose qu’Api, je dirai juste que c’est son arrogance qui m’a déçu chez elle. Le début de l’anime partait plutôt bien pourtant, elle apparaissait comme étant une fille plutôt gentille mais ayant eu une enfance assez tendue. Puis d’un coup elle a changé de comportement et c’est aussi à cause d’un manque de développement entre elle et sa mère mais je ne trouve pas que ça justifie complètement son comportement. Elle est lunatique à en devenir insupportable.

Hyamix

 

Meilleur opening


Happy Sugar Life (PrimeVideo) – L’opening de la série est parfaitement en accord avec le ton de celle-ci. En apparence rose et sucré, il cache en réalité une part sombre qui ne se dévoile que fugacement. Dans l’ombre, les indésirables rodent, perturbant l’idylle des deux protagonistes, à l’image de ce bocal qui se craquèle peu à peu. Et Satô n’hésitera pas à se salir les mains pour en préserver la quiétude…

Api

Angolmois (Crunchyroll) – Cet opening me touche à chaque écoute. Le visuel et ce qu’il conte arrive à être en parfait accord avec la musique et les paroles qui de base sont très belles. Les divers tons de couleurs employés sont somptueux. L’utilisation des filtres et des noirs donne ici un vrai charme à l’opening. Diverses émotions se bousculent à chaque fois quand je regarde et écoute ce magnifique générique.

Moja

Banana Fish (PrimeVideo) – Un opening qui fait beaucoup penser à ceux qu’on entend dans les séries policières américaines je trouve. Ce n’est évidemment pas un mauvais point, l’ambiance rock et les divers plans sur la ville américaine renforcent cette idée d’opening à « l’américaine ». Présenter les deux personnages principaux de même que les relations entre Ash et les antagonistes est une excellente idée (Le plan d’Ash avec les flammes où apparaissent le visage des personnages).

Hyamix

 

Meilleur ending


L’Attaque des Titans S3 (Wakanim) – L’opening avait déjà pour thème la fin de l’insouciance, mais l’ending se concentre plus précisément sur le personnage d’Historia, au centre de cet arc. La chanson de Linked Horizon qui l’accompagne reste dans le registre qu’on leur connait, mais ajoute néanmoins une pointe de mélancolie au mélange pour s’intégrer parfaitement au visuel. Elle réussit donc là où l’opening avait déçu les fans, en proposant quelque chose de plus adapté à l’univers de l’Attaque des Titans, bien que manquant de richesse dans sa version longue.

Api

Tsukumogami Kashimasu (ADN) – Anime que j’ai abandonné à la fin du quatrième épisode, j’ai adoré dès la première écoute l’ending (musique qui apparaissait dans la bande-annonce). Là encore rien d’original, je le définirai comme très joli. L’idée de montrer divers backgrounds au rythme des saisons et du temps qui passe, aboutit à quelque chose de très poétique et agréable à regarder. Classique mais ça marche vraiment bien. Les deux personnages principaux sont un peu en retrait et cela permet d’avoir un ending davantage dans l’intime et le contemplatif. Si l’anime est plutôt médiocre, il a au moins le mérite de se terminer à chaque fois d’une magnifique manière.

Moja

Banana Fish (PrimeVideo) – Un son bien pop comme on les aime. Je dirai que j’aime cet ending parce que je trouve qu’il se démarque bien des autres avec une musique bien singulière. Rien que les battements du cœur au rythme de la musique est excellent, je me suis surpris à tapoter du doigt en rythme à cause de ça. L’animation reste très sobre dans son ensemble.

Hyamix

 

Meilleur épisode final


Major 2nd (Crunchyroll) – Les derniers épisodes de la série laissaient planer une atmosphère sombre, mais le retour de Goro permet des moments de comédie qui viennent alléger le tout. C’est aussi l’occasion de voir de véritables échanges entre le père et le fils, alors que celui-ci avait été absent durant la majorité de la série. De quoi conclure en beauté ce passage de relais entre les deux générations, non sans quelques clins d’oeil à Major premier du nom, avec notamment la chanson du tout premier opening qui ravivera sans doute quelques souvenirs aux fans de la première heure.

Api

Shoujo Kageki Revue Starlight – Voici le récit de neuf comédiennes (et non pas huit comme le premier épisode l’énonçait). Suivre ce spectacle pendant douze épisodes fut captivant. Les liens entre ces jeunes filles et la promesse entre Karen et Hikari auront brisé cette scène éternelle. Le public attendait une conclusion semblable afin que cette tragédie cesse et qu’une scène inconnue puisse enfin voir le jour. Bravo pour cette conclusion !

Moja

Steins;Gate 0 (Wakanim) : Une grande fin pour un grand anime. On avait beau connaitre la toute fin de l’anime depuis assez longtemps (Puis en y réfléchissant un peu, on le devine), cette fin m’aura complètement satisfait. La détermination des personnages comme Mayuri, Suzuha ou bien Maho sans oublier Okabe a payé. Des efforts qui paraissaient dans un premier temps vains, l’impossible rendu possible rend le tout sublime. Le fait de découvrir la fin de l’épisode 23 de Steins;Gate de l’autre côté du mur renforce le côté nostalgique tout en apportant une pointe de nouveauté. La boucle est bouclée.

Hyamix

 

Prix Spécial


 

Les « zawa » de Tonegawa (Crunchyroll) – Si vous avez déjà vu ou entendu parler de Kaiji, vous êtes sans doute familier avec le fameux « zawa », une onomatopée caractéristique de l’oeuvre et qui signifie qu’il y a une certaine tension dans l’air. Dans Tonegawa, on retrouve ces « zawa » dans les situations tendues, mais l’équipe a poussé le vice encore plus loin… A chaque épisode, c’est un nouveau seiyû qui sonorisera ces « zawa » et surtout, on retrouve un « zawa » dans le nom de chacun de ces seiyû (ex : Yû Serizawa, Shiori Izawa, Kana Hanazawa…) !

Api

Planet With (Crunchyroll) – Le mangaka Mizukami Satoshi aux côtés de J.C. Staff vient de signer son premier anime. Planet With c’est du divertissement à l’état pur. Il est relativement classique et prévisible et pourtant… Grâce à une maitrise parfaite du rythme et de l’intrigue, l’anime arrive à être complet et jamais ennuyant. Certains diront que Planet With aurait dû avoir plus d’épisodes mais ils se trompent. C’est par cette histoire condensée et très bien écrite que repose toute la volupté de cette œuvre. N’oublions pas son côté extravagant qui est probablement le second pilier de cette production originale. J.C. Staff livre une belle prestation avec l’OVNI Planet With. Le public est maintenant impatient de voir si Mizukami Satoshi retentera l’expérience de faire un anime, espérons que oui. Je serai un peu triste sinon.

Moja

Banana Fish (PrimeVideo) – Je pense que je n’ai pas parlé assez de Banana Fish. Personnellement j’adore les thrillers et cette série ne sera pas décevante de ce côté là. Le rythme de Banana Fish est très bien, que ce soit au niveau des révélations ou bien de certaines morts. La direction artistique renforce le côté singulier de l’anime, les traits sont fins mais les visages des personnages se veulent réalistes. Une très très bonne surprise parmi les gros mastodontes de cette saison, croyez moi, on n’a pas fini d’en entendre parler.

Hyamix

 

Classement global


Histoire de conclure ce bilan proprement, voilà un rapide classement des animés vus par l’équipe et ce qu’on en a pensé.

Mémorable : L’Attaque des Titans S3, Steins;Gate 0, My Hero Academia S3, Les Brigades Immunitaires
Admirable : Banana Fish, Tonegawa, Shoujo Kageki Revue Starlight, Major 2nd, Angolmois, Asobi Asobase, Happy Sugar Life, Planet With, Tenrou Sirius the jaegger, Grand Blue
Convenable : Isekai Maou, Yuragi-San, Free S3, Hanebado, Overlord S3, Harukana Receive, Gintama : Shirogane no Tamashii, Satsuriku no Tenshi, Inazuma Eleven : Ares
Oubliable : Island, Shichisei no Subaru, The Master of Ragnarok

Dans son ensemble, cette saison été 2018 était plutôt moyenne. On remarque que les principaux titres mémorables sont des suites, cette saison manquait en quelque sorte un peu de surprises ou de nouvelles licences prometteuses. Bien que divertissante, la saison Eté 2018 ne nous a pas trop fait rêver. Elle sera probablement oubliée d’ici quelques mois pour laisser la place à d’autres saisons plus mémorables.